Martin Quispe (Bachelor 1) : "Dans le métier d'agent ou dans le sport business il y a de la concurrence, mais il faut se démarquer !"

Soumis le mar 24/03/2020 - 11:55

Profitons de cette période de confinement pour vous faire découvrir le talent de nos étudiants. Parmi eux, Martin, étudiant en bachelor 1, passionné de football et "dénicheur de talents", il nous explique sa passion, son projet professionnel & son avis sur le métier d'agent.

  • Bonjour, peux-tu te présenter en quelques mots et évoquer pour nous ton parcours ?

Je m’appelle Martin Quispe, je suis un passionné de sport et plus particulièrement de Football. Je suis quelqu’un de sociable, curieux et surtout ambitieux. J’ai 18 ans, j’ai fait toute ma scolarité à Paris et suis diplômé d’un baccalauréat économique et social.

 

  • Tu es actuellement en bachelor 1 management du sport, comment se déroule cette année ?

En effet, c’est ma première année à la Sports Management School, je suis un cursus en bachelor management du sport tout se passe très bien, je suis très content de mon choix d’école. Les matières qui nous sont enseignées sont très intéressantes, et ont une vraie utilité pour notre futur.

 

  • Tu es ce que l’on peut appeler « un dénicheur de pépites », puisque tu suis de nombreux joueurs de football dès leur plus jeune âge et ce peu importe leur pays d’origine, d’où te vient cette passion ?

C’est vrai que ce terme je l’ai beaucoup entendu, il me fait sourire. Tout d’abord, Il faut savoir que je suis d’origine française et d’Amérique du sud par mon père. Il m’a complètement transmis cette passion car dans ce continent, on vit pour le football.

Avant de s’intéresser aux jeunes, il a fallu d’abord que je me cultive par tous les moyens possibles pour avoir une base de connaissance de jeu, de joueurs de tous les âges, de tous les niveaux et de tous les pays. C’est vers le début de mon adolescence que j’ai commencé à aimer regarder les matchs de jeunes, je retenais quelques noms de joueurs puis je suivais leur progression. Plusieurs explosaient et c’est là que je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire. Il fallait continuer en augmentant la difficulté, donc suivre encore des plus jeunes et des étrangers (cette fois-ci).  Le fait d’avoir un temps d’avance sur les autres m’attirait.

Désormais, j’observe de nombreux championnats de l’Amérique du sud aux pays de l’Est, aussi bien à la télévision que sur les terrains et je travaille avec des logiciels spécialisés.

  • Quel est ton avis sur le métier d’agent sportif aujourd’hui ? Les trois qualités principales d’un bon agent ?

Le métier d’agent sportif est vraiment d’actualité ces dernières années, c’est un métier très difficile et qui ne peut être improvisé. Pour ma part, je suis plus penché sur le monde d’agents de joueurs de football. C’est un milieu à mauvaise réputation car on le sait tous, il y a souvent de grosses sommes en jeu et des indiscrétions. De ce que je lis et de ce que j’entends, j’ai l’impression que les personnes pensent que c’est facile d’être agent. Si l’on veut réellement vivre de ce métier il faut être un bon agent, c’est-à-dire un agent influent. Il faut que les clubs, les joueurs et les autres agents puissent vous faire confiance afin de faire affaire.

Être un bon agent passe par :             

- un gros carnet d’adresses avec des contacts solides

- un vrai caractère car sinon on se fait écraser par autrui   

- la discrétion. Les agents les plus importants sont souvent les moins connus et les moins médiatisés.

Un des cas les plus fréquents dans ce milieu sont les jeunes agents licenciés qui signent un jeune joueur, ils s’en occupent de l’âge de 15 à 18 ans, donc ne touchent rien financièrement, mais lorsque le joueur commence à exploser, d’autres agents arrivent leurs « chipent » et se font tout le bénéfice. C’est peut-être dur mais c’est ce qui arrive tout le temps lorsqu’un gros agent muni d’un plus gros carnet d’adresses propose une meilleure carrière au joueur. Les histoires les plus connues sont celles des champions du monde, Dembélé et Aréola.

  • En quoi une formation spécialisée en sport business est-elle nécessaire pour le métier d’agent sportif ?

Le métier d’agent ne se réduit pas seulement à une licence, il faut aussi avoir des compétences afin d’exercer au mieux son métier. Pour gérer des sportifs, il faut des connaissances de droit, de vente, de marketing, d’économie... Cela est primordial pour travailler avec des sportifs de haut-niveau.

  • Quel est ton projet professionnel à court et plus long terme ?

Depuis tout jeune j’ai un rêve, faire ce lien entre les jeunes joueurs de football sud-américains et l’Europe, alors certes ce n’est pas un métier, mais il peut être traduit par des postes dans un club (directeur sportif, recruteur…), ou en étant agent. Dans ma présentation, j’ai bien dit que j’étais quelqu’un de très ambitieux, je n’ai aucune limite et pense que lorsque l’on est prêt à travailler, l’âge n’a pas d’importance. Actuellement je suis étudiant à la SMS et souhaite avoir mon diplôme de Bachelor, je travaille également beaucoup sur mon projet professionnel qui est à court terme.

  • Ton conseil pour les futurs étudiants de la Sports Management School ?

Il y a de la place pour tout le monde dans le milieu du sport, il faut y croire. Certes, il y a de la concurrence, mais il faut se démarquer !

Tout le monde a le droit de vivre de sa passion !

quispe