À la rencontre de… Aurélie Bresson (Les Sportives)

Aurélie Bresson

Aujourd’hui, nous allons à la rencontre de Aurélie BRESSON, fondatrice du magazine Les Sportives mais également conseillère en communication et conférencière. 

Bonjour Aurélie, merci à vous de prendre le temps de répondre à nos questions, pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

J’ai 30 ans, je viens de Haute-Saône en Franche-Comté. J’ai grandi et baigné dans le mouvement sportif et associatif depuis mon enfance. J’ai fais principalement des études en communication et médias. J’ai travaillé en agence mais aussi en clubs, dans des structures diverses, privées et publiques. Aujourd’hui je suis chef d’entreprise, entrepreneuse, consultante /conférencière et conseillère en communication et médias.

L’aventure des Sportives a commencé il y a deux ans, comment cela a-t-il démarré ? Vous imaginiez vous une ascension aussi fulgurante pour le magazine ?

Eh oui 2 ans déjà ! L’idée je l’ai eu sur « les bancs de l’école » comme on dit. J’étais à l’université de Besançon. Je suis juste partie du constat que mes collègues de classes sportives de haut niveau, qui me fascinaient par leur parcours et leurs choix de vie, n’étaient pas ou si peu médiatisées. C’était « Nos stars » à nous, ces handballeuses de l’ESBF nous allions même les supporter durant les matchs.

Entre temps il s’est passé 5 ans jusqu’à la création de société et autres démarches, puis tout est allé si vite.  Ça a démarré concrètement grâce aux amis et aux connaissances qui se sont greffés au projet et qui y ont cru aussi. Sans eux le mag n’aurait pas vu le jour. Et surtout quand le banquier a fait confiance au projet. (Rires) Je n’imaginais pas une telle ascension.

Je savais depuis des années à quel moment je souhaitais que le mag sorte, mais pas que l’engouement serait aussi positif. Question de timing je dirais.  Et pourvu que ce ne soit pas un effet de mode. J’ai eu la naïveté de me dire « on y va et on verra bien » sans en mesurer réellement les conséquences.

A quel public s’adresse le magazine ?

Le magazine s’adresse à toutes les personnes qui s’intéresse de près ou de loin au sport, à tous les sports, et à son environnement sociétal.  Nos lecteurs sont aussi bien des hommes que des femmes.  Notre seule devise : que les sportives soient toujours au cœur des sujets.

Le sport féminin se médiatise de plus en plus, auprès des diffuseurs mais c’est également grâce à vos actions. Quelle sera selon vous la place du sport féminin dans les médias français lors des années à venir ?

J’ose espérer déjà que dans les mois à venir les médias français seront tous mobilisés autour de l’Euro de Hand et le Mondial de football. On connait l’importance des grands événements, les enjeux et leurs héritages.  Les médias et diffuseurs en effet se tournent davantage vers les compétitions féminines car ils y voient l’aubaine du moment. Mais comme je l’ai dis précédemment j’espère que ça ne sera pas qu’un « effet de mode ». Pour une plus grande médiatisation par certains médias et sur plusieurs années, il faut aussi principalement que les sportives gagnent!

Votre mot de la fin pour nos étudiants ? Si vous aviez un seul conseil à leur transmettre ?  

Un seul : de ne pas vouloir absolument rentrer dans un moule et de croire en ses idées et ses convictions, quoi qu’il arrive.